ABSINTHE | EN COURS
avatar
Nouvel arrivant
Messages : 31
Dollars : 122
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 0:01
ABSINTHE
NOM COMPLET | Absinthe Thaddeus Rose
SEXE | Masculin
ÂGE | 27 ans
NATIONALITÉ | Américain
ORIGINES | Américain
ORIENTATION SEXUELLE | Homosexuel
STATUT | Célibataire
SITUATION FINANCIÈRE | Moyenne / aisé
HABITATION | Brooklyn
MÉTIER | Ébéniste / Restaurateur de meubles / Sculpteur. Il fait aussi homme à tout faire pour ses voisins. Absinthe aime tenir ses mains occupées.
AVATAR | Simone - Alexzappa
MAMAN CHAT
DC de Josiah Miller
Ann - 22 ans - j'aime les chats
"What are you looking at ? Yea I'm drunk, so what ?!"
"Qu'est-ce que tu regardes ? Ouais j'suis bourré, et alors ?!" || " I feel like you're just lost. No you're not mean. You don't need approval I know, but it's ok, you can be drunk. I like to think those words you say them holding tears ; maybe you're just hurt. Life is hard, I know. "

Absinthe a toujours regardé sa phrase sous un œil compréhensif, avec l'idée que son âme liée dira un jour ces mots sans vraiment les penser, parce que ce soir là la vie aura été trop dure avec lui ; Qu'il sera à la recherche d'une épaule pour pleurer, d'un pilier pour le soutenir. Absinthe n'a jamais trouvé sa phrase désagréable, même si bien souvent on lui fait remarquer que son AL est probablement un ivrogne ou une loque il s'en fiche. Parce qu'Absinthe est fort pour deux, parce que si leurs âmes sont liées c'est pas pour rien et que le jour où on lui dira cette phrase, il saura quoi faire.
Il croit au destin, il croit aussi que dieu est bon. Quelque part, il sait que son âme liée sera probablement une âme en peine, mais qui ne l'est pas ? Lui aussi est un joyeux bordel quand il s'y met, mais il se sait capable d'encaisser, de soutenir, d'être le phare d'un autre si Dieu le veut. Il n'a pas peur de rencontrer son AL et, même, il se sent prêt.
CARACTÈRE
7 lignes minimum.
HISTOIRE
Précision : Voici un petit résumé de la famille d'Absinthe, incluant l'âge de chacun aujourd'hui et plus ou moins ce qu'ils font de leur vie maintenant. J'avais peur que ce soit trop brouillon dans l'histoire, c'était pas évident d'introduire autant de personnages, alors par principe... CLIQUE !

CH. 1 | HEY MARLENE, I'VE BEEN DOING A LOT OF THINKING..

« Abby ! Aaaaaabby ! Hey Absinthe !
- Marlene, shut the fuck up ! He's upstair.
- Oh, hey Mary ~ »

Marlene avait ce sourire collé aux lèvres comme toujours lorsqu'elle débarquait dans la maison des Rose et même l'accueil désagréable de la sœur d'Absinthe ne pouvait lui retirer cet air béat du visage. Elle y était comme chez elle, un havre de paix comparé à sa propre maison, un endroit où chacun pouvait être soi-même, où le jugement n'existait pas et où, bien entendu, on ne verrouillait jamais les portes. Une maison qui semblait ne jamais être silencieuse, mais qui pourtant était paisible aux yeux de Marlene. Parce qu'ici, il n'y avait pas son père pour crier et jurer, il n'y avait pas sa mère pour exiger d'elle qu'elle soit autre chose que ce qu'elle désirait être. Il y avait Absinthe, son meilleur ami depuis le jour de son arrivée dans cette petite ville trois ans plus tôt, ainsi que cette famille un peu trop grande qui se perdait dans une maison encore plus grande, un fouillis pas possible, une odeur de fleurs sauvages en été et de feu de bois en hiver.

Quelques pas la menèrent au pied du grand escalier qui montait au deuxième étage où se trouvait la chambre d'Absinthe ; Ils venaient tous les deux de terminer leur dernière année de High School deux semaines plus tôt et elle comptait bien passer tout l'été ici avec lui et dehors avec le reste des enfants de la famille Rose, parce que fuir la froide maison de ses parents était son unique but. Ça, ainsi que profiter de tous ces instants avec son meilleur ami, avant qu'elle ne doive partir pour l'Université à New-York, soit à environ 2h de voiture de leur ville. Mais Absinthe lui avait promis que tout irait bien, que son père lui laissait souvent emprunter la voiture et qu'il pourrait lui rendre visite. Il aimait la rassurer et il possédait un talent incroyable là dedans, tant et si bien qu'elle arrivait souvent à ne plus penser à ses tracas. Absinthe, pour sa part, n'avait pas encore abordé avec elle le sujet de ses projets pour l'année à venir ; Elle avait assumé qu'il aiderait certainement son père à son travail tout l'été - comme tous les étés depuis qu'elle le connaissait - et à la maison avec les enfants, mais pour la suite... Une part d'elle craignait qu'il n'avait aucun projet pour la suite.
Parce que la vie d'Absinthe, c'était un peu tout ça. Tout ce joyeux bordel, ses cinq frères et sœurs, ses parents, cette maison et tout ce qu'elle représentait. Ils avaient beau avoir dix-huit ans tous les deux, Absinthe avait déjà vieilli plus vite qu'elle à force de s'occuper des gamins et de toute évidence ils dépendaient tous de lui. Mary n'avait qu'un an de moins que lui, mais elle n'avait clairement pas son dévouement pour la famille et sa seule idée en tête était de quitter la campagne et leur famille au plus vite ; Lâche, selon Marlene, mais Absinthe disait qu'elle avait tort de penser ainsi. Parce que sa sœur méritait sa propre vie, ses rêves, ses aspirations, parce que si elle voulait finir sa vie derrière un bureau c'était son choix après tout. Marlene n'avait pas le luxe d'avoir autant de liberté ; L'université où elle irait en septembre avait été choisie par ses parents et bien qu'elle ne pouvait s'en plaindre - après tout, ils payaient pour ses études, c'était déjà une grande chance - elle aurait peut-être aimé être fleuriste elle, qui sait ? Mais pas de fleuristes dans sa famille, non, pas question. Elle devait les rendre fiers, toutes ces conneries...

Ces pensées hantaient son esprit, fanant son beau sourire durant une seconde à peine, avait qu'elle ne secoue la tête pour repousser ces idées et se concentrer sur la course à obstacles qu'était le long couloir du deuxième étage ; Des jouets dispersés un peu partout au milieu du chemin, entre quelques vêtements abandonnés et bien d'autres choses. Absinthe devait encore dormir car c'était habituellement lui qui, en longeant le couloir, rangeait au passage tout ce bordel. Il prenait soin des petits, mais aussi de l'immense maison ; Il ne payait pas pour y vivre, certes, mais sa famille toute entière reposait sur l'entraide. Chacun faisait une petite part, quoi que celle d'Absinthe paraissait toujours un peu plus grande aux yeux de Marlene. Il était l'aîné, certes, mais sa bonne nature n'aidait pas sa cause.

Enjambant une montagne de vêtements de la taille du mont Everest, elle atteignit enfin la chambre de son ami et toqua deux coups avant d'entrer sans attendre de réponse ; Elle le trouva, comme prévu, avachi dans son lit en étoile sur le ventre, ses longs cheveux blonds couvrant son visage et s'emmêlant sur l'oreiller et son corps n'était couvert que sur une seule jambe par son drap dont le trois quart coulait du bord du lit jusqu'au sol. Elle pouffa à la vue affligeante de son ami en état de sommeil profond - malgré l'heure tardive, visiblement il profitait d'un jour où il n'était pas en charge des petits - et s'approcha jusqu'à venir lui mettre une claque fort bruyante sur ses fesses recouvertes d'un boxer sombre.
Le coup l'avait instantanément réveillé et il sursauta, se redressant un peu dans son lit, avait de constater de ses yeux bleus fatigués qu'il s'agissait d'elle. Le sourire de Marlene était étincelant et contagieux, faisant se courber les lèvres du blond alors qu'il se laissait mollement retomber tête première dans son oreiller.

« Eeeewww... I just hit a pond of drool with my cheek...
- Get up, lazy ! It's already past 11 and it's so sunny outside !
- Fuck Marlene, you sound like my mom...
- Oh come on...
- Mmmh'kay... »

Évidemment, il ne pouvait pas lui dire non et après tout elle avait raison. De nature, Absinthe était un lève tôt ; par habitude, tout simplement. Cependant, lors des journées où il ne devait pas prendre en charge le troupeau d'enfants que formaient ses frères et soeurs, il avait tendance à profiter un peu. Fumer avec ses parents et Dusk - le troisième de la famille - jusqu'à un peu trop tard devant un petit feu de camp improvisé dans leur cours arrière, regarder les étoiles et s'endormir avec l'esprit paisible. C'était visiblement ce qui avait précédé cette nuit, vu la tête qu'il avait et l'heure actuelle, mais Marlene se contentait d'en dire insouciamment. L'insouciance.. C'était certainement ce qui transpirait le plus de cette maison, mais elle aimait s'y baigner, tout en constatant qu'au fond, ils se souciaient tous les uns des autres, malgré les apparences d'un bordel sans nom.

Absinthe s'était rapidement douché, laissant Marlene traîner dans sa chambre et à son retour - enfin pleinement éveillé - de la salle de bain il avait suivi sa routine habituelle, empilant les jouets dans ses grands bras pour les ranger dans le coffre au fond du couloir, mettant ensuite en marche la machine à laver avant de revenir s'étaler dans le lit avec un sentiment de satisfaction. Marlene avait la bonté d'âme de ne pas lui annoncer dans quel état était le rez-de-chaussée car visiblement il avait réussi à oublier quelques instants dans quelle maison il vivait.

« Hey, Marlene.. »

La voix un peu grave de son meilleur ami avait un ton qu'elle n'avait pas l'habitude d'entendre et qui, en cet instant, l'avait prise par surprise. Elle avait tourné le visage vers lui pour observer ses traits, détaillant son expression de son regard vif. Marlene avait ce talent certain pour lire les gens, mais lui encore mieux que quiconque. Elle pouvait dire en cet instant qu'une pensée venait de refaire surface dans l'esprit émergeant d'Absinthe et que celle-ci le tracassait visiblement un peu.

« Mh..? What is it baby ?
- I've been doing a lot of thinking...
- Ok spit it out already, you're making me nervous !
- ..... Fuck. »

Des milliers d'hypothèses s'entrechoquaient brusquement dans l'esprit de Marlene en cet instant. Si elle n'avait pas déjà su qu'Absinthe préférait les hommes, elle aurait certainement pensé qu'il était sur le point de lui faire une déclaration, là, tout de suite, mais son ton était trop sérieux et ses sourcils châtains froncés trahissaient une certaine nervosité. À quoi avait-il bien pu penser, qu'est-ce qu'il s'apprêtait à lui dire ? C'était visiblement important et elle ne savait pas si elle devait craindre ou être impatiente. Il prit alors quelques instants, semblant douter de réellement vouloir lui parler finalement, mais un soupir résigné traversa enfin ses lèvres, avant qu'il ne se redresse pour s'asseoir au bord du lit..

« Ok. Alright.. I want to leave with you. Fuck this town, fuck this house, fuck everything I know. I wanna just do it, try something new and make my own life. Please don't get me wrong babe, I love my family, all of them they're amazing, but... I'm never gonna live for myself if I stay here and this thought have been haunting me for like a year. I want to leave with if you want to do this with me.. »

Les mots avaient quitté ses lèvres comme un flot incontrôlé et il se retrouvait désormais devant Marlene qui l'observait, incrédule, comme si ce qu'elle venait d'entendre était la chose la plus improbable au monde. Et à vrai dire, ça l'était un peu, du moins à ses yeux. Elle avait toujours vu Absinthe comme quelqu'un de fort, un esprit libre que rien n'arrête, cependant elle n'aurait certainement pas cru un jour l'entendre dire qu'il désirait la suivre elle jusqu'à New-York. Absinthe, lui qui n'avait jamais vécu dans une ville de plus de 10 000 habitants, lui qui avait adopté à cent pourcent les habitudes de vie de ses parents, incluant le jardin, la nourriture fraîche, les thés aux herbes, le végétarisme et un amour inconditionnel pour le grand air et la liberté.. Il ne survivrait jamais à New-York, c'était plus qu'improbable. Pourtant... Elle le connaissait aussi suffisamment pour savoir que s'il disait vouloir et pouvoir le faire, alors merde ça se ferait.

Elle ne disait pourtant rien encore et il se passa alors nerveusement une main dans les cheveux, ceux-ci un peu humides après douche étaient encore emmêlés, la cascade blonde descendant sur son épaule jusqu'au milieu de son torse. Elle finit par rouvrir la bouche et son sourire revint, tendre, rassurant, tout comme ses mots.

« Absinthe, darling, you're crazy. Let's do this. »

Ils n'étaient pas aussi naïfs qu'ils en avaient l'air. Ils savaient tous les deux que ce ne serait certainement pas facile, que ce soit de simplement l'annoncer au reste de la famille, ou même concrètement de vivre là bas. Après tout, bien que les parents de Marlene payaient pour son logis, ceux d'Absinthe n'en feraient pas autant. Cinq bouche à nourrir et la maison à payer, c'était déjà des frais imposants pour deux personnes. Dans sa famille, chacun travaillait pour obtenir un peu d'argent, chacun faisait ses propres économies et même les plus jeunes apprenaient tôt que rien n'est gratuit dans la vie, mais que pour un peu de bon travail on peut vivre aisément. La mentalité de son père ; Il avait travaillé toute sa vie sans jamais avoir l'impression d'être enchaîné, d'être misérable dans cette fatalité. Il aimait ce qu'il faisait, il aimait sa famille et sa femme, son Âme Liée. Alors il avait tenté d'inculquer à tous les rejetons de la famille Rose cette force naturelle et ce côté travailleur et fonceur ; Pour Absinthe, ça avait fonctionné, voire même peut-être trop bien.
Il trouverait quelque chose à New-York, il le savait. S'il arrivait à se débrouiller dans une ville paumée, pourquoi n'y arriverait-il pas dans cet autre univers ? Il était convaincu de pouvoir s'en sortir et il avait Marlene, il n'était pas seul ; Ensembles ils formaient un duo que rien ne pouvait arrêter.

CH. 2 | NO REGRETS ; MOVING FORWARD.

« Absinthe, what the fuck ?! This place is amazing how are you gonna afford this ?
- It's actually not that expensive and do I have to remind you I'm making a shitload of money with the antique shop gig ? And wait 'til you see the roof ! It has a terrasse I can share it with the others !
- Ok. Now I'm jealous. I felt bad for ditching you to live with Frank but now I don't ~
- I still think you're making a mistake and Frank is an asshole, but hey, whatever ! »

Absinthe avait levé les deux mains en l'air, comme pour montrer son innocence alors que Marlene lui lançait un regard noir. Frank était son petit ami depuis bientôt un an et elle avait décidé de partir vivre avec lui, obligeant ainsi Absinthe à quitter l'appartement qu'ils partageaient avant. Il avait été un peu surpris au début, déstabilisé, mais avait pris la chose comme une occasion d'enfin vivre seul après deux ans à New-York. Leurs débuts dans la métropole n'avaient pas été de tout repos, cependant ils s'étaient tous les deux acclimatés à leur manière. Enfin.. Marlene un peu mieux qu'Absinthe, mais il s'en sortait. Trouver un emploi n'avait pas été bien difficile, car bien qu'il n'ait pas fait d'études supérieures il était débrouillard, polyvalent et il savait se servir de ses dix doigts. Toutes ces années à aider son père dans divers métiers et l'habitude de gérer une famille de six enfants avaient forgé Absinthe pour le travail. N'importe quel travail. Aucun défi n'était trop grand pour lui. Évidemment il avait été refusé à bien des endroits, avant de finalement trouver une petite boutique qui avait bien voulu lui offrir sa chance - et ne l'avait pas regretté. Il réparait et remettait en état des meubles antiques, travaillant principalement sur la finition, ce qui n'était pas sa spécialité à la base - plus habile à construire les pièces qu'à les affiner - cependant il s'y était fait et désormais il excellait dans ce domaine. Pour l'instant, le salaire qu'il obtenait lui plaisait, mais déjà des projets plus grands tournaient dans son esprit. Il n'en avait pas encore parlé avec Marlene, mais il avait bien l'intention de travailler pour lui-même dans les années à venir.

Elle avait maintenu son regard noir quelques instants - détestant lorsque son meilleur ami parlait en mal de son petit copain, bien que ces deux là ne pouvaient pas se supporter - avant de finalement soupirer devant l'air pseudo-innocent du blond. Un sourire s'était enfin dessiné sur ses fines lèvres, résignée à l'idée qu'il n'apprécierait jamais ses goûts en manière d'homme, mais bon... Était-il vraiment mieux qu'elle après tout ? Est-ce qu'éviter les relations à long terme et se contenter de quelques amants était vraiment mieux que ce qu'elle tentait de construire avec Frank ? Elle au moins, elle connaissait cet homme qui partageait son lit. Enfin, entrer dans ce sujet leur garantirait une amère dispute et elle préféra pointer un doigt vers la porte-fenêtre qui menait vers le balcon et les escaliers extérieurs qui montaient jusqu'au toit.

« Show me this roof thing already.. »



CH. 3 | YOU CAN TAKE A MAN OUT OF THE COUNTRY, BUT YOU CAN'T TAKE THE COUNTRY OUT OF THE MAN.

xxx
avatar
Membre du forum
Messages : 139
Dollars : 326
Date d'inscription : 04/06/2017
Age : 24
Localisation : Les petits bars miteux de Brooklyn.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 0:26
OH DARLIN' , DARLIN' STAAAAND
BYYYYYYYY ME. :whut:
OH STAND.
BY MEEEE. ♥️



Celles qui ont l'habitude qu'on les cajole,
ignorent la solitude que rien ne console.
avatar
Cute Nekomaid
Messages : 628
Dollars : 999
Date d'inscription : 16/06/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 0:52
*hugs Josi* Reeeee :hellfire:



Merci Ryan et Jun pour le kit ♥️

Je parle en Firebrick

I'm a Soldier
These shoulder's hold up so much, they won't budge, I'll never fall or fold up
I'm a Soldier
Even if my collar bone's crush or crumble...I will never slip or stumble
I'm a Soldier...


My Spirit Animal:
 
avatar
Membre du forum
Messages : 139
Dollars : 326
Date d'inscription : 04/06/2017
Age : 24
Localisation : Les petits bars miteux de Brooklyn.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 18:18





Celles qui ont l'habitude qu'on les cajole,
ignorent la solitude que rien ne console.
ABSINTHE | EN COURS
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Ashelia D. Nargan, l'absinthe de l'homme [Terminée]
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Linked-ink :: Personnages :: Papiers d'identité-
Sauter vers: